Catégorie : pressothérapie

PRESSOTHERAPIE

PRESSOTHERAPIE

Le réseau lymphatique permet d’évacuer les toxines, les déchets et les graisses alimentaires. La lymphe qui circule à travers ce réseau est filtrée principalement par les ganglions situés au niveau de l’aine, des aisselles et du cou et joue le rôle de transporteur et d’évacuateur des déchets de notre organisme.

Le bon fonctionnement du système lymphatique est donc primordial pour une bonne santé. La mauvaise circulation lymphatique provoque des sensations de jambes lourdes, des œdèmes et favorise l’apparition de cellulite.

La pressothérapie est une méthode de drainage qui permet d’améliorer le retour veineux et lymphatique. Elle diminue la sensation de jambes lourdes et participe à la prise en charge de la cellulite des jambes et des cuisses.

La pressothérapie a les mêmes effets qu’un drainage lymphatique manuel. Sauf qu’au lieu d’être exécuté par les mains d’un masseur, le drainage est mécanique. Concrètement, vous enfilez une paire de bottes. Les alvéoles des bottes se remplissent d’air et exercent une pression progressive et douce sur les jambes. Le retour veineux est activé, l’eau et les toxines sont mieux éliminées, la sensation de jambes lourdes disparait.

  • Quel est l’effet sur la circulation veineuse ?

La pressothérapie favorise le retour veineux et lymphatique. Elle permet de diminuer les oedèmes d’origine circulatoire ou traumatique. Elle diminue également la sensation de jambes lourdes et les douleurs d’origines circulatoires (impatiences, crampes nocturnes)

  • Quel est l’effet sur la cellulite ?

La cellulite est un mélange de graisse, de fibrose et d’oedème. La pressothérapie permet de drainer cet oedème. Elle n’a pas d’action sur la cellule graisseuse. Au niveau des mollets, de l’intérieur des cuisses et des genoux, la rétention d’eau est le mécanisme prépondérant de la cellulite et la pressothérapie est donc particulièrement indiquée.

  • La récupération du sportif

Après une épreuve sportive intense, la pressothérapie accélère l’élimination des toxines et de l’acide lactique. En cas d’entorse, elle permet d’accélérer la diminution de l’oedème.

  • Combien de séances faut-il faire et à quelle fréquence ?

Il faut un minimum de 10 séances par cure, à raison de 1 à 2 séances par semaine d’une durée minimum de 30 mn. On conseille 2 cures par an. Certaines personnes constatent un tel bien-être avec la pressothérapie qu’elles n’hésitent pas à la pratiquer chaque semaine tout au long de l’année.

  • La pressothérapie a-t-elle des contre-indications ?

Les seules contre-indications sont les phlébites récentes (moins d’un mois), l’artériopathie, l’insuffisance cardiaque et l’infection.