Catégorie : reeducation maxillo faciale

SYNDROME D’APNEE DU SOMMEIL

SYNDROME D’APNEE DU SOMMEIL

L’apnée du sommeil et ses symptômes sont encore trop mal connus du grand publique mais également du milieu médical, scolaire pour l’enfant et professionnel pour l’adulte.

Le SAHOS est un dysfonctionnement qui impacte fortement la qualité de vie des personnes qui en sont atteintes et dont les conséquences cardiaques, vasculaires, psychiques sont sérieuses.
Les traitements actuels, efficaces, sont néanmoins lourds au quotidien et non dénués d’effets secondaires indésirables ce qui en altère l’observance.

L’obstruction de la région pharyngée peut être causée par un surplus graisseux notamment au niveau des voies aériennes supérieures. La muqueuse va alors s’épaissir et réduire le diamètre du conduit aérien, détériorant la qualité de la contraction musculaire qui permet le maintien de l’ouverture de ce conduit à l’inspiration.

Chez les apnéiques, la langue sera élargie et moins tonique. Lors du sommeil, en position horizontale, la langue glisse vers l’arrière car elle n’est plus suffisamment retenue par le muscle génioglosse.

Chaque patient devrait etre à minima bilanté par un kinésithérapeute spécialisé. L’observation des patients apnéiques met en effet en évidence une dyspraxie linguale et de la déglutition le plus souvent associée à des troubles de la ventilation. La glossoptose s’accompagne d’une hypotonie du plancher lingual qui entretient le phénomène.

La rééducation a donc toute sa place dans la prise en charge des SAHOS.

Elle aura pour objectif

  • La prise conscience des troubles posturaux et fonctionnels de la langue et de la ventilation
  • La correction de la posture linguale de repos et de la déglutition afin d’obtenir une déglutition fonctionnelle, langue au palais
  • Le renforcement de la tonicité linguale voire labiale si nécessaire
  • L’éducation ventilatoire

 

Cette rééducation repose sur des exercices quotidiens. Son efficacité est en relation directe avec la coopération du patient et sa pugnacité. Les résultats sont sensibles au bout de 4 à 6 mois avec une diminution significative du nombre d’apnées /heure. Ils sont d’autant plus nets quand la rééducation s’accompagne d’une perte de poids et de la reprise d’une activité physique régulière. Ainsi, rééducation et hygiène de vie peuvent permettre de réduire la fréquence et la gravité de vos apnées.

 

SADAM

SADAM

Le Syndrome Algo Dysfonctionnel de l’Articulation temporo-mandibulaire est communément appelé SADAM ou ADAM (algies et dysfonctionnement de l’appareil manducateur).

C’est une pathologie de l’appareil musculosquelettique, caractérisée par des craquements et des douleurs au niveau de l’articulation temporo-mandibulaire (ATM) avec parfois une limitation de l’ouverture buccale et/ou une pathologie cranio-mandibulaire.

L’ADAM est une pathologie d’étiologie multifactorielle. Parmi les facteurs clairement impliqués, citons les dysfonctions linguales avec déglutition atypique, le stress, le bruxisme, la mastication unilatérale, l’onychophagie.

En fait, nous pouvons classer ces facteurs étiologiques ainsi:

  • Les facteurs prédisposants : anomalies occlusales – hyperlaxité ligamentaire – habitudes nocives – terrain psychologique (stress, anxiété, dépression…)
  • Les facteurs déclenchants : choc émotionnel majorant les parafonctions – modification occlusale soudaine (orthodontie, prothèse) – modification comportementale (bruxisme, onychophagie, serrement…) – traumatisme  (ouverture forcée, accident…)
  • Les facteurs d’entretien : fragilité psychologique, migration dentaire secondaire….

On distingue deux grandes familles d’ADAM:

  • les ADAM musculaires qui se traduisent par des douleurs musculaires, des sensations de fatigue ou de tesion musculaire, des limitations d’ouverture buccale et des sensations d’inconfort occlusal
  • les ADAM articulaires qui se manifestent par des douleurs, des bruits articulaires, des troubles de la cinématique articulaire, en relation le plus souvent avec un dysfonctionnement condylo-discal.

 

Le traitement rééducatif  permet de rompre le cercle vicieux auto-entretenu par le spasme musculaire et de superposer à un schéma moteur d’ouverture buccale perturbé un schéma moteur corrigé grace à un travail proprioceptif.

Les objectifs sont les suivants:

  • Suppression des habitudes nocives, qu’elles soient posturales ou praxiques
  • Résolution des troubles musculaires
  • Retour à la position physiologique de repos mandibulaire
  • Reprogrammation d’un schéma moteur avec une cinétique mandibulaire et une posture corrigées

Le traitement kinésithérapique repose sur des techniques manuelles musculaires et articulaires. L’auto-rééducation est essentielle. Des exercices quotidiens soigneusement réalisés permettront de réharmoniser le fonctionnement des articulations temporo-mandibulaires et de retrouver une ouverture buccale centrée.

REEDUCATION LINGUALE

REEDUCATION LINGUALE

La langue a une influence déterminante sur la croissante des maxillaires, la ventilation, la posture.  Lorsqu’il persiste une déglutition primaire de type succion-aspiration, la position basse et antérieure de la langue perturbe ces différentes fonctions.

Béance incisive

L’objectif de la rééducation consiste non seulement à corriger la dysfonction linguale mais aussi à permettre au patient, par un travail proprioceptif de tonification musculaire et d’automatisation, de s’adapter à un nouvel équilibre fonctionnel comprenant également une ventilation nasale et une posture cervico-faciale physiologique.

Cette rééducation permettra la stabilité à long terme du traitement orthodontique.

 

La rééducation respiratoire fait partie intégrante du process rééducatif et la liberté des voies aériennes supérieures est une condition sine qua none. S’il n’est pas possible d’obtenir une ventilation nasale stricte, il est illusoire d’espérer la correction de la posture linguale. Ainsi, un bilan ORL peut être nécessaire afin d’évaluer la nécessité d’une intervention sur les amygdales ou les végétations, ou encore le traitement d’allergies des voies aériennes supérieures. Mais avant tout, ce sont le mouchage et la toilette des fosses nasales qui permettront le développement de la respiration nasale.

La déglutition dysfonctionnelle est à l’origine de déséquilibres musculaires. En effet, la posture adaptative destinée à dégager le passage de l’air génère des tensions musculaires importantes. Nombre de cervicalgies récidivantes trouvent par exemple leur étiologie dans ces dyspraxies.

La rééducation linguale, complément indispensable d’un traitement orthodontique, repose sur la prise de conscience de la position corrigée de la langue au repos, lors de la déglutition et lors de la phonation. Des exercices simples sont à réaliser quotidiennement. La motivation, la mise en place d’une respiration nasale et la répétition des exercices permettront au bout de quelques mois l’automatisation de ces corrections.

 

 

 

 

 

 

LA REEDUCATION MAXILLO-FACIALE

LA REEDUCATION MAXILLO-FACIALE

La rééducation maxillo-faciale est une branche relativement récente de notre métier. Elle est basée sur les principes généraux et les méthodes classiques de la récupération articulaire et musculaire.

Cette rééducation intéresse l’ensemble du maxillaire supérieur, de la mandibule et des parties molles de la face et du cou (essentiellement les muscles).

Les pathologies traitées en rééducation maxillo-faciale sont très diverses: SADAM, œdèmes de la face et du cou, avec et sans interruption des voies lymphatiques,  cicatrices d’origine traumatique ou chirurgicale, paralysies faciales, suites des chirurgies orthognatiques, fractures de la face, limitations d’ouverture buccale,  traitements  post-carcinologiques …

La prise en charge des dyspraxies oro-faciales est un volet fondamental de cette spécialité. Son incidence dans la lutte contre la récidive des dysmorphies faciales fait du kinésithérapeute maxillo-facial le partenaire indispensable de l’orthodontiste ou du chirurgien dans le cadre de traitements ODF ou de chirurgie orthognatique.

Toujours retrouvées dans les Algies et dysfonctions de l’appareil manducateur (ADAM), ces dyspraxies linguales, labiales et ventilatoires,  sont aussi à l’origine de troubles posturaux cervico-céphaliques, de cervicalgies (ou cervico-brachialgies) persistantes.

Si depuis de nombreuses années certaines indications de rééducation sont connues, de nouvelles indications ont vu le jour ces dernières décennies comme la rééducation des SAOS (syndrome d’apnées obstructive du sommeil), les prises en charge post- injectionnelles en médecine esthétique…

Des pathologies les plus lourdes aux plus légères, au carrefour de nombreuses spécialités médicales,  la rééducation oro-maxillo-faciale est ainsi devenue une spécificité à part entière de la kinésithérapie.

DÉSORDRES TEMPORO-MANDIBULAIRES

– syndromes algo-dysfonctionnels de l’ATM

– luxation méniscale ou subluxation méniscale

– bruxisme 

– limitations d’amplitude (trismus, facilitation pose d’implant dentaire)

TRAUMATOLOGIE

– Suites et séquelles de toutes les fractures du massif facial et de la mandibule

– ankyloses temporo-mandibulaires, opérées ou non

– luxation traumatique de l’articulation temporo-mandibulaire

– suites et séquelles d’ostéotomie

– suites et séquelles des lésions cicatricielles de la face

RHUMATOLOGIE

– atteinte arthrosique chronique de l’ATM

– symptomatologie douloureuse d’arthrite en phase aigue de l’ATM 

NEUROLOGIE

– paralysie faciale post-traumatique et séquelles après chirurgie

– paralysie faciale à frigore

ONCOLOGIE

– réhabilitation et conservation des tissus et de fonctions résiduelles après traitement chirurgical d’exérèse tumorale

– suites et séquelles de hémi-resection mandibulaire et résections partielles, avec ou sans reconstruction matérielle

– réhabilitation et conservation des tissus et des fonctions résiduelles après radiothérapie, chimiothérapie

ORL

– réhabilitation après glossectomie partielle

– réhabilitation après traitement chirurgical des glandes salivaires majeures,notamment les suites et séquelles de parotidectomie

CHIRURGIE

– réhabilitation après intervention de chirurgie esthétique (lifting)

– préparation préalable et rééducation après intervention chirurgical arthroscopie, chirurgie orthognatique ou maxillo-faciale (ostéotomie)