SYNDROME D’APNEE DU SOMMEIL

SYNDROME D’APNEE DU SOMMEIL

L’apnée du sommeil et ses symptômes sont encore trop mal connus du grand publique mais également du milieu médical, scolaire pour l’enfant et professionnel pour l’adulte.

Le SAHOS est un dysfonctionnement qui impacte fortement la qualité de vie des personnes qui en sont atteintes et dont les conséquences cardiaques, vasculaires, psychiques sont sérieuses.
Les traitements actuels, efficaces, sont néanmoins lourds au quotidien et non dénués d’effets secondaires indésirables ce qui en altère l’observance.

L’obstruction de la région pharyngée peut être causée par un surplus graisseux notamment au niveau des voies aériennes supérieures. La muqueuse va alors s’épaissir et réduire le diamètre du conduit aérien, détériorant la qualité de la contraction musculaire qui permet le maintien de l’ouverture de ce conduit à l’inspiration.

Chez les apnéiques, la langue sera élargie et moins tonique. Lors du sommeil, en position horizontale, la langue glisse vers l’arrière car elle n’est plus suffisamment retenue par le muscle génioglosse.

Chaque patient devrait etre à minima bilanté par un kinésithérapeute spécialisé. L’observation des patients apnéiques met en effet en évidence une dyspraxie linguale et de la déglutition le plus souvent associée à des troubles de la ventilation. La glossoptose s’accompagne d’une hypotonie du plancher lingual qui entretient le phénomène.

La rééducation a donc toute sa place dans la prise en charge des SAHOS.

Elle aura pour objectif

  • La prise conscience des troubles posturaux et fonctionnels de la langue et de la ventilation
  • La correction de la posture linguale de repos et de la déglutition afin d’obtenir une déglutition fonctionnelle, langue au palais
  • Le renforcement de la tonicité linguale voire labiale si nécessaire
  • L’éducation ventilatoire

 

Cette rééducation repose sur des exercices quotidiens. Son efficacité est en relation directe avec la coopération du patient et sa pugnacité. Les résultats sont sensibles au bout de 4 à 6 mois avec une diminution significative du nombre d’apnées /heure. Ils sont d’autant plus nets quand la rééducation s’accompagne d’une perte de poids et de la reprise d’une activité physique régulière. Ainsi, rééducation et hygiène de vie peuvent permettre de réduire la fréquence et la gravité de vos apnées.

 

Comments are closed.